UA-47284234-1 google orange bing yahoo

Château du Haut-Koenigsbourg - Alsace GÎTE du Nideck 3 étoiles

Aller au contenu

Menu principal :

Château du Haut-Koenigsbourg

Haut-Kœnigsbourg

Bien plus qu'un monument
Un château au cœur de l'Alsace

L'Alsace est l'une des régions d'Europe qui compte le plus de châteaux forts médiévaux ! Aujourd'hui en ruine dans leur grande majorité, leurs silhouettes font partie du paysage depuis des générations. La plus emblématique est bien celle du château du Haut-Kœnigsbourg ! Dressé à près de 800 m. d'altitude au cœur du massif vosgien, il est une étape incontournable pour comprendre l'histoire de la région et par là même, celle de la France et de l'Europe.
L'année 2014 signe le lancement d'une belle nouveauté : la Route des Châteaux et Cités fortifiées d'Alsace. Adécouvrir, d'autant que le château est aussi le point de départ de nombreuses escapades à travers la région. Vers Sélestat, Coimar ou Strasbourg, de nombreux sites touristiques y sont accessibles en moins d'une heure. Certains sont â peine à quelques minutes... Sur le massif du Haut-Kœnigsbourg, la Montagne des Singes et ia Volerïe des Aigles offrent, tous les jours entre avril et novembre, l'occasion de rencontres surprenantes avec des animaux malicieux et majestueux.

900 ans d'histoire:
Repères chronologiques du moyen Âge à nos jours

1147    Première mention du château sous le nom de « Castrum Esîuphin ». Il appartient alors à la famille des Hohenstaufen.

1462    Devenu refuge de chevaliers brigands, le château est assiégé et démantelé.

1479    Propriété des Habsbourg, il est confié en fief aux Tierstein qui le reconstruisent, l'agrandissent et l'équipent d'un système défensif moderne.

1633    La guerre de Trente Ans fait rage en Alsace. La forteresse est assiégée par les Suédois. Un incendie fortuit la détruit définitivement.

1648    Louis XIV en qualité de souverain de la province d'Alsace (traité de Westphalie) devient propriétaire du domaine.

1862    Après 2 siècles d'abandon, les ruines, remarquablement conservées, sont classées par les monuments historiques.

1899    Le château est offert par la ville de Sélestat à l'empereur allemand Guillaume II. El confie la restauration intégrale de la forteresse à l'architecte Bodo Ebhardt, spécialiste de la fortification médiévale.

1908     Fin des travaux. Le château restauré est inauguré le 13 mai par Guillaume II. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, la restauration se poursuit par l'aménagement intérieur de décors peints et de collections (armes et mobiliers).

1919     Le château entre dans le domaine national français parle traité de Versailles. 1993 Le château du Haut- Kœnigsbourg, monument national, est classé monument historique dans sa totalité. 2006 Jusqu'en décembre, le château du Haut-Kœnigsbourg est géré par le Centre des monuments nationaux.

2007     Dans le cadre de la loi du 13 août 2004, relative aux libertés et responsabilités locales, le château du Haut-Kœnigsbourg est le premier monument national transféré à une collectivité territoriale. Le Conseil Général du Bas-Rhin devient propriétaire du château le 1er janvier 2007. 2008 Le château du Haut-Kœnigsbourg célèbre le centenaire de sa restauration.

2009    Ouverture d'un espace d'interprétation audiovisuel dédié aux personnes à mobilité réduite et polyhandicapées. Un investissement de près de 450.000 euros a permis l'installation et l'aménagement de ce lieu.

2010    80.000 euros sont investis dans la réalisation d'outils innovants d'interprétation du château pour les publics handicapés (maquette tactile, visio-guides, visite en audio- description...). Le Conseil Général du Bas-Rhin et l'État consacrent 2,2 millions d'euros pour la restauration de la maison alsacienne. Un chantier prévu sur 3 ans qui a débuté en février 2010.

2011    7,7 millions d'euros sont engagés pour la mise aux normes des installations techniques du château. Début d'une nouvelle phase de travaux, programmée sur 3 ans, inscrite au schéma directeur des travaux.

2012    Le château du Haut-Kcenigsbourg reçoit le Diplôme de Mérite et de Prestige Européen du Comité de l'Europe. Ce prix récompense la restauration, la mise aux normes et l'accessibilité aux publics spécifiques et handicapés. Cette dernière action est doublement récompensée par le Trophée Femmes du Tourisme 2012.



L'histoire du château et de ses transformations

Une forteresse du Moyen Âge, propriété de plusieurs dynasties impériales.

LES HOHENSTAUFER , FONDATEURS DU CHÂTEAU.

La plus ancienne mention connue du château du Haut-Kœnigsbourg date de 1147, les Hohenstaufen en sont alors les premiers propriétaires. A cette époque, ces derniers tentent de faire de l'Alsace la base de leur puissance, pour s'assurer le contrôle du Saint Empire Romain Germanique. L'implantation géographique stratégique du château permet aux Hohenstaufen de dominer d'importantes voies commerciales : les routes du sel et de l'argent (est-ouest) et celle des céréales et du vin (nord-sud).

Du château de l'époque des Hohenstaufen, il subsiste encore aujourd'hui de nombreuses parties romanes visibles dans le donjon, le haut-jardin et le logis.

L'ÉPOQUE DES HABSBOURG

Après les Hohenstaufen, les ducs de Lorraine et l'Evêché de Strasbourg, une seconde dynastie impériale intègre le château du Haut-Kœnigsbourg à ses possessions : les Habsbourg. Le château conserve alors toute son importance stratégique et marque la borne occidentale du Saint Empire Romain Germanique, exposé aux appétits des ducs de Lorraine et des rois de France.

En 1462, le château est investi par des chevaliers-brigands. Plusieurs villes de la plaine décident de s'unir pour mener contre eux une expédition punitive. Le château est pris et détruit.

En 1479, les Habsbourg cèdent en fief le château du Haut-Kœnigsbourg à la famille Tierstein,
originaire de l'actuel Jura suisse, qui en adapte le système de défense à l'artillerie à feu. C'est l'apogée du développement architectural de la forteresse, sans doute alors la plus moderne du massif vosgien. Au début du 16e siècle, les Tierstein rencontrent des difficultés financières les obligeant à s'en séparer. Jusqu'en 1633, les Habsbourg y placent plusieurs familles nobles. Ces dernières n'entretiennent cependant que très peu le château.


Bien plus qu'un monument

1633-1899 : de l'abandon au rêve de restauration.

LES ANNÉES SOMBRES : L'ALSACE AU CŒUR DE LA GUERRE DE TRENTE ANS

L'Alsace est l'un des enjeux majeurs de la guerre de Trente Ans (1618-1648). En 1633, une garnison suédoise assiège le château pendant 52 jours. La forteresse résiste aux assauts de l'artillerie ennemie mais sa population affamée est contrainte de capituler. Peu de temps après, un incendie détruit le château et marque le début d'une longue période d'abandon du château du Haut-Kœnigsbourg.
A partir de 1648, après la signature des traités de Westphalie, l'Alsace devient progressivement française. Les ruines du château du Haut-Kœnigsbourg, pourtant remarquables (70% du château est encore en élévation), sont livrées à elles-mêmes pendant près de deux siècles. La nature reprend ses droits, la végétation envahit le monument et son site.

LA PERIODE ROMANTIQUE DU CHATEAU DU HAUT-KŒNIGSBOURG

Ce n'est qu'au 19e siècle, à la faveur du mouvement romantique, que l'intérêt pour les ruines du château du Haut-Kœnigsbourg renaît. Le Moyen Âge et ses vestiges fascinent les intellectuels et les artistes. Poètes, peintres, photographes mais aussi historiens et architectes s'approprient les vieilles pierres chargées d'histoire. Les vestiges du château du Haut-Kœnigsbourg constituent pour eux une grande source d'inspiration par leur ampleur et leur beauté.
Les ruines du château sont classées monument historique en 1862, puis acquises trois ans plus tard par la ville toute proche de Sélestat. Très vite, des projets de restauration sont imaginés, mais par manque de moyens financiers, ils restent sans suite.



Le château du Haut-Kœnigsbourg à l'aube du 20e siècle : vitrine des ambitions politiques de l'empereur Guillaume II

LE DON FAIT A L'EMPEREUR GUILLAUME II

En 1871, l'Alsace est intégrée dans l'empire allemand. Pour Guillaume II de Hohenzollern, empereur à partir de 1888, le château du Haut-Kœnigsbourg symbolise la borne occidentale du Saint Empire Romain Germanique dont il se réclame l'héritier. En 1899, le château lui est offert par la ville de Sélestat. Il décide de faire restaurer le monument pour en faire un musée à la gloire de la chevalerie germanique du Moyen Âge et de la Renaissance.

L'ARCHITECTE BODO EBHARDT

Pour mener cette vaste restauration, Guillaume II nomme un jeune architecte, Bodo Ebhardt. Passionné par le Moyen Âge et les châteaux forts, Bodo Ebhardt choisit de restituer le château tel qu'il existait à l'époque des Tïerstein, autour de l'an 1500. Les murs conservés jusqu'à la hauteur des mâchicoulis et les voûtes, encore partiellement préservées, lui fournissent une base de travail solide. Dès 1900, la restauration est entreprise avec les moyens les plus modernes de l'époque. Une partie de la décoration du château est confiée à Léo Schnug chargé de la réalisation de peintures murales. Une association, le « Hohkônigsburgverein », s'occupe de rassembler des meubles et objets des 15e, 16e et 17e siècles qui doivent donner vie au monument.

Le saviez-vous ?

Le château du Haut-Kœnigsbourg a inspiré quelques-uns des chefs-d'œuvre du cinéma : en 1937, Jean Renoir le choisit comme décor pour son film « La Grande Illusion ». Dans les années 2000, le château sert d'exemple au directeur artistique du « Seigneur des anneaux » pour dessiner la « citadelle de Minas Tirith ».


L'ESPRIT DE LA RESTAURATION

Les opérations débutent par une campagne photographique. La ruine est déblayée, un dépôt de fouilles est constitué, donjon, logis, enceintes et ouvrages militaires sont relevés. En 1906, une cérémonie est organisée lorsque l'aigle emblématique est fixé au sommet du donjon. Le château restauré est inauguré en grande pompe le 13 mai 1908.

Le château du Haut-Kœnigsbourg est également marqué par les ambitions politiques de Guillaume II. Il désire, par cette grande opération de restauration, séduire les Alsaciens et s'inscrire dans la lignée des Hohenstaufen et des Habsbourg, illustres empereurs l'ayant précédé en Alsace. Parmi les symboles politiques apparaissant dans le monument, on trouve des signes lapidaires utilisés par Bodo Ebhardt. Pour chaque année de chantier, une marque spécifique est gravée sur les blocs de pierre. L'un des huit signes utilisés par l'architecte, celui de 1903, représente un aigle formé des trois « H » des grandes familles impériales propriétaires du château {Hohenstaufen, Habsbourg, Hohenzotlern).

La dimension politique de la restauration prend toute son ampleur dans la salle dite « du Kaiser » ou « salle des fêtes ». Les fresques héraldiques de Léo Schnug rappellent avec force la germanité de l'Alsace. L'aigle impérial, couronné par la devise prussienne « Gott mit uns » (Dieu avec nous), occupe toute la largeur de la voûte.

En 1995, une tempête détrône l'aigle de cuivre installé en 1906 au sommet du donjon. Un parchemin rédigé par l'Empereur lui-même y est découvert. Il y exprime la toute puissance impériale et la grandeur allemande.

DE LA PROPRIÉTÉ IMPERIALE ALLEMANDE AU DOMAINE NATIONAL FRANÇAIS

Le château ainsi restauré est inauguré le 13 mai 1908. En présence de Guillaume II, un cortège historique entre solennellement dans le château sous une pluie battante. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, la restauration se poursuit par la réalisation des décors peints et l'achat de collections mené par le

« Hohkônigsburgverein ». Par le traité de Versailles de 1919, le château du Haut-Kœnigsbourg entre dans le domaine national français. Il
vient un haut lieu touristique.

Un château d'exception

Passer La haute porte du Haut-Kœnigsbourg, c'est plonger dans L'univers du Moyen Âge. De La courbasse avec son auberge, sa forge et son mouLin, aux escaliers en colimaçon qui mènent aux appartements meublés du seigneur... découvrez une architecture, un mobilier, une atmosphère chargés d'histoires. Ponts-levis, salle d'armes, donjon et canons rappellent aussi à chaque instant la vocation de cette forteresse de montagne plusieurs fois assiégée, détruite et piLLée. Aujourd'hui restaurée, pour le plus grand bonheur des amateurs de châteaux forts, elle domine de sa silhouette caractéristique les nombreuses forteresses de la région.


Une vue imprenable

Dressé à près de 800 m d'altitude sur un éperon rocheux, le château du Haut-Kœnigsbourg offre un panorama grandiose. Depuis La plate-forme d'artillerie ou Grand Bastion, vous profiterez d'une vue unique sur La plaine d'Alsace, les vallées et les Ballons des Vosges, la Forêt-Noire, et par temps clair, les Alpes...


Neuf siècles d'histoire

Édifié au XIIe siècle, le château du Haut-Kœnigsbourg est pendant des siècles Le témoin de conflits européens et de rivalités entre seigneurs, rois et empereurs. Il voit se succéder d'illustres propriétaires, dont la dynastie des Habsbourg et L'empereur d'Allemagne Guillaume II. Ce dernier décide de redonner vie à l'ancienne forteresse et d'y créer un musée du Moyen Âge. Au début du XXe siècle, il entreprend la restauration et La reconstruction de cet édifice assiégé, détruit et abandonné au cours de la guerre de Trente Ans. Le chantier, remarquable par son envergure et sa modernité, dure à peine 8 ans. Le Haut-Kœnigsbourg restauré est inauguré en 1908.

Des outils d'interprétation pour tous

Espace d'interprétation audiovisuel, visio guides, maquette tactile, audio guides en audio description...
Tous les renseignements sur : www.haut-koenigsbourg.fr


Retourner au contenu | Retourner au menu